« Dehors les enfants ! » (Albin Michel) : parution reportée en 2021 pour cause de Coronavirus

  1. 01. « Dehors les enfants ! » (Albin Michel) : parution reportée en 2021 pour cause de Coronavirus

    Ce livre très-très-très drôle est tout à la fois une comédie de moeurs, un coup de pied au cul à l’illusion de la maternité-qui-épanouit et une réflexion sur le dogme de l’éducation positive. Il réjouira les parents au bord de la crise de nerfs qui se demandent comment se débarrasser de leurs grands enfants. Un texte d’actualité quand des millions de jeunes privés d’emploi ou en rupture d’études sont retournés se blottir dans le giron de leurs parents. Dehors ! Fini la gentillesse, bonjour l’hypocrisie et la manipulation : la liberté est à ce prix.

    En en attendant, une chronique « chilfree » de mon confinement dans les Cévennes parue dans le New York Times.

    Lire la suite→

  2. 02. « A la conquête de l’homme rouge » (Anne Carrière) : à la conquête de la critique

    « Ce premier roman (une satire sociale gondolante) se lance à la poursuite du mâle engagé. (…) Maier propose une lecture pointue des univers gauchistes et bourgeois (…) Le clin d’oeil aguerri aux travers des professionnels de la militance et de l’agitation, subversive ou non, est une délectation ». Emmanuelle Jowa, Paris Match Belgique, 31/12/2019

    « C’est barré, c’est très frais, ça fait plaisir de suivre des personnages qui assument », Catarina Letor, émission « face à face », LN24, 16/12/2019

    « Un road-trip politico-gastronomique », Luc Doin, émission « entre les pages », radio G!, 01/01/2020

    « J’ai savouré cette lecture. L’humour de l’auteure est justement dosé… J’ai appris beaucoup de choses sur l’histoire de la gauche… Si tu veux trouver ou retrouver ton âme de gaucho tu devrais t’amuser avec ce livre ! », le blog littéraire Les lectures d’Amandine.

    « Corinne maier, la première personne qui peut citer Mao sans que le ridicule ne la tue », Jan Bucquoy, cinéaste.

    « Désopilant », Siné mensuel, décembre 2019.

    Suite des critiques post suivant ->

    Lire la suite→

  3. 03. « A la conquête de l’homme rouge » à la conquête de la critique : suite

    « Un roman (dé)culotté qui s’attaque à la lutte des classes par la braguette. C’est drôlatique, gonflé, parfois complètement déjanté. Ce n’est pas Le Capital mais c’est assez révolutionnaire dans son genre », Patrick Williams, Elle, 11 octobre 2019.

    « Tous les domaines s’entrechoquent et nous catapultent loin de nos idées reçues, avec beaucoup de gourmandise ! Un vrai régal ! Un roman plus profond qu’il n’y paraît, complètement d’actualité », Bénédicte de Loriol, PublikArt.

    « L’humour de Corinne Maier fait des étincelles lorsqu’il s’agit de tailler un costard à notre triste petit monde », Myriam Berghe, Femmes d’aujourd’hui n°48, décembre 2019.

    « Entre satire sociopolitique et comédie romantique, impossible de rester insensible à l’énergie mordante de cette fiction qui dévisse un par un tous les boulons idéologiques de nos modes de vie », Paloma de Boismorel, Gael n°123, novembre 2019.

    Lire la suite→

  4. 04. « A la conquête de l’homme rouge » dans J&V

    Lire la suite→

  5. 05. « A la conquête de l’homme rouge » : Le mâle engagé

    Lire la suite→

  6. 06. « A la conquête de l’homme rouge » : Une énergie… mordante

    Lire la suite→

  7. 07. « A la conquête de l’homme rouge » : Drôle de coco

    selon Myriam Bergue dans Femmes d’aujourd’hui n°48, décembre 2019

    Lire la suite→

  8. 08. « A la conquête de l’homme rouge » : Tous sans-culottes !

    Elle du 11/10/19

    Lire la suite→

  9. 09. « A la conquête de l’homme rouge », présentation du roman

    Paru aux éditions Anne Carrière en septembre 2019 (bientôt en anglais chez Wrecking Ball Press)

    Le pitch : Par amour pour un beau gauchiste, Corinne Zed décide de s’engauchiser ; dorénavant, elle sera blanche dedans et rouge dehors, comme une fraise Tagada. Ce ne sera pas facile car elle adore le champagne et les bonnes choses, autant de tentations épicuriennes irrésistibles qui constituent des obstacles sur la route de la révolution. Au fait, que peut-on manger sur les barricades ? La lutte finale, oui, mais avant ou après l’apéro ?

    Le mot de l’éditeur, Jean-Baptiste Gendarme : « Cette satire sociale pleine d’humour est une réflexion tour à tour inattendue, cruelle et cocasse sur l’engagement, la politique, la gastronomie, la révolution et, bien sûr, l’amour ».

    Son prix est de 17 euros : clin d’oeil, bien sûr, à la révolution russe.

    Lire la suite→

  10. 10. No dogs, no cats

    Nos animaux domestiques détruisent la nature et biodiversité. Non seulement ils tuent d’autres espèces, mais ils dévastent des habitats, modifient des territoires. La France est championne du monde des animaux de compagnie (encore une preuve, si besoin était, que la France s’ennuie) : 13,5 millions de chats, 7 millions de chiens. Chaque année, ils consomment 1,2 tonne de produits alimentaires. Ils génèrent des milliers de tonnes de déchets. Un chien consomme en moyenne 164 kg de viande par an ; la nourriture carnée des animaux de compagnie est responsable de l’émission de 64 millions de tonnes de CO2 tous les ans dans le monde. Des études mettent en garde : les animaux de compagnie, ça suffit. Votre chat se barre, votre chien meurt ? Ne le remplacez pas. Avoir des copains c’est quand même plus sympa que de nourrir un animal sale (je parle du chien), stupide, qui vous boulotte sans vergogne si vous tombez dans le coma chez vous (ben oui, ça arrive à des gens très bien, comme disait ma grand-mère).

    Une pétition demande l’instauration d’un bonus-malus sur la possession de chien et de chat : on la signe maintenant.

    Lire la suite→


© 2013 Corinne Maier

Accueil | Contact | Mentions légales